L’employeur est-il obligé de payer une avance au salarié qui le demande ?

Parfois, un salarié demande une avance sur salaire auprès de son employeur car il a besoin d’argent avant la date prévu du paiement. Quelle conduite l’employeur doit-il tenir si la situation se présente ?

Qu’est-ce qu’une avance sur salaire ?

L’avance sur salaire est le fait qu’un  salarié émette une demande à son employeur, pour avoir une partie de sa rémunération avant la date habituelle prévue. Cette somme est généralement  forfaitaire, et est payée préalablement au salarié. L’avance sur salaire peut donc être occasionnelle ou exceptionnelle. C’est un mini prêt qui ne doit pas dépasser  le montant habituel du salaire. Effectivement, l’avance sur salaire n’est pas pour l’employé une rémunération du travail accompli. Sur le point de vue de la formalité du paiement, le code de travail n’exige pas de règles spécifiques à suivre pour le remboursement et le paiement  d’une avance sur salaire. Malgré tout, le salarié doit signer un document pour formaliser l’accord auprès de l’employeur.

L’acompte sur salaire, différent de l’avance sur salaire

Tout le monde peut avoir tendance à confondre l’acompte avec l’avance sur salaire. Pourtant, ce sont deux choses différentes, l’acompte sur salaire comprend le paiement d’une  partie de la rémunération du salarié en avance. C’est-à-dire qu’il correspond au paiement qui équivaut au salaire d’un travail déjà accompli. Cette somme est versée en amont selon les heures de travail effectués. Quel que soit le type du contrat de travail, CDD ou CDI, tous les salariés qui touchent chaque mois leur rémunération ont le pouvoir de demander un acompte sur salaire à leur employeur. Bref, le montant maximum de l’acompte demandé ne doit pas dépasser la moitié du salaire mensuel.

L’employeur est-il obligé de payer une avance sur salaire ?

Tout se base sur une question de confiance. Vu que l’avance sur salaire correspond à verser en amont une partie de la rémunération du travail non accompli, l’employeur est libre de son choix de refuser ou d’accepter la demande de son salarié. En même temps, il est important de prendre en compte les conséquences de la décision prise. Le fait que l’employeur accepte la demande d’avance sur salaire augmente  la motivation et la confiance du salarié, et cela impacte beaucoup la productivité et la motivation de ce dernier. Par contre, si vous refusez cette demande spécifique, l’employé peut mal prendre cette décision. Dans ce cas, il est nécessaire de bien expliquer la raison du refus pour garder la confiance.

Qu’est-ce que la rupture conventionnelle du contrat de travail ?
Comment connaître ses heures de DIF?